Logo du reseau de l'ESC CLERMONT ALumni
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Entretien Le Connecteur avec Clémence Petit, fondatrice de la start-up Equimov

-

Réseau Entrepreneurs

Actus de nos étudiants et diplômés

-

18/10/2018

Article Le Connecteur - 22 Septembre 2018

Elle fait partie de ce qu’il est convenu d’appeler la “diaspora des start-ups auvergnates” : Clémence Petit, 28 ans, basée à Paris mais issue de l’ESC Clermont, trace discrètement mais sûrement son sillon. Sa jeune entreprise, Equimov, est souvent présentée comme “l’Airbnb du cheval”, permettant via une plateforme web de réserver un hébergement en haras. Désormais au contact de l’écosystème parisien, Clémence vient de conclure une levée de fonds de 750 000 € avec pour visée le marché européen. 

Quel est ton profil en matière de formation ?

Je me suis orientée vers des études de commerce après une Fac de gestion à Clermont. Je suis arrivée en 2ème année de master à l’ESC, en 2012, et j’ai été diplômée en 2015. Monter une boîte, c’est arrivé comme un cheveu sur la soupe. Je n’y avais jamais pensé ! (…) Je n’avais pas suivi de cursus entrepreneurial mais plutôt communication et CRM.

Raconte-nous la genèse d’Equimov, le “customer pain” auquel tu réponds …

J’avais des amis à EM LYON, dans le cursus entrepreneurial. On parlait start-up. Ils m’ont dit : « la première boîte que tu créeras ce sera dans le secteur que tu connais le mieux”. C’était en 2015, j’ai pris le train de retour à Paris … [c’est là que] j’ai eu l’idée d’Equimov.

Dans l’équitation, il n’y avait pas de digitalisation, et il manquait vraiment un service de référencement et de réservation en ligne d’hébergement [pour les chevaux]. [Mais, au-delà de la réservation en ligne], l’idée de la plateforme était d’apporter un nouveau modèle économique aux centres équestres après le passage à 20% de la TVA en 2014. En plus, comme ils n’avaient pas forcément de site web, ça leur faisait de la visibilité.

Quand j’ai creusé sur la résa en ligne, le modèle Airbnb s’est vraiment imposé. J’ai fait plein de powerpoints, j’en ai parlé autour de moi … et j’ai mis six mois pour passer de l’idée au projet. J’ai toujours eu beaucoup d’idées mais c’était la plus concrète… sauf que ce n’était pas encore un projet d’entreprise, plutôt un projet étudiant.

Quels ont été les bénéfices de la période clermontoise pour Equimov ?

Le 2 février 2016, je démissionne pour me concentrer sur Equimov. Fin janvier, j’avais été prise à l’incubateur Squarelab. Tout s’est très bien passé. C’était particulièrement intéressant de revenir à l’ESC avec son propre projet, et pas en tant qu’étudiante [mais] plus dans un univers inspirant avec d’autres entrepreneurs. Il y a aussi l’avantage d’un écosystème à taille humaine à Clermont, et Fabrice [Cailloux] me facilitait beaucoup la mise en relation, comme avec Babymoov, Sofimac Partners … Nous travaillions beaucoup sur le Lean Startup, qui est une très bonne méthode pour créer des communautés. Enfin, les intervenants [au SquareLab] étaient top : des banquiers, des cadres d’agences de comm’ …

Dès mars 2016, je passais la moitié de mon temps à Clermont, l’autre moitié en Normandie où je suivais une formation. Huit mois plus tard, on a été pris au Bivouac, par le Basecamp. Mais le souci était que je vivais alors à Paris, je faisais beaucoup d’aller-retours … et finalement je n’ai pas assez profité du Bivouac.


Lire l'entretien complet


318 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Actus de nos étudiants et diplômés

Marylène Guérard est nommée Directrice Générale de Centre France Publicité

User profile picture

Michèle PICHANT

11 juin

Actus de nos étudiants et diplômés

La startup clermontoise Joobeez de Foad Akil lance sa campagne de financement !

User profile picture

Michèle PICHANT

03 juin

Actus de nos étudiants et diplômés

Capillum, un projet innovant de 2 diplômés incubés de l'Ecole

User profile picture

Michèle PICHANT

09 mai

esc-clermont-alumni.fr